Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Re-Découvrir le Vieil Alençon

Re-Découvrir le Vieil Alençon

Menu
Un autre regard sur la Maison d'Ozé

Un autre regard sur la Maison d'Ozé

Traditionnellement datée du milieu du XVe siècle, la Maison d'Ozé est cependant plus ancienne. Débutée au siècle précédant comme le prouvent de multiples éléments, elle a été modifiée et agrandie. L'aspect que nous lui connaissons n'est que l'aboutissement de tous ces changements, comme pour tous les bâtiments. Si nous avons l’impression de la connaître par cœur, c'est parce que la Maison d'Ozé est emblématique d'Alençon.

Pourtant, à ma connaissance, personne n'a pensé à la dessiner ! A la toute fin du XIXe siècle, période où la photographie se démocratise, Gabriel Fleury (1846-1926), passionné par le patrimoine et éditeur, à la suite de son père, va produire l'une de ses premières vues. C'est un précieux témoignage de son état avant le projet de démolition, son sauvetage et sa restauration.

 

La Maison d'Ozé photographiée par Gabriel Fleury vers 1890.

 

Les noms de Henri Renault du Motey (1858-1932) et de Georges Lebouc1 (1847-1927) sont également fortement attachés à la Maison d'Ozé, entre autres. Achetée en 1861 par la municipalité d'Alençon avec le projet de la raser, elle est menacée en 1898. Ces deux personnalités vont fortement s'engager pour sa sauvegarde et obtenir son classement en 1900. 
 

La Maison d'Ozé par Paul Charpentier vers 1900 (Musée des Beaux-Arts et de la Dentelle d'Alençon).

 

Georges Lebouc réalise un long poème en faveur de la conservation de la Maison d'Ozé, la dessine et la grave pour illustrer son œuvre.

 

Le secret de la Maison d'Ozé, par le vicomte du Motey, 1903.

 

Henri Renault du Motey publie une série d'actes du XVIe siècle et se hasarde à proposer un restitution. C'est précisément sur ce travail, plus romantique que scientifique, que je vous propose de revenir. S'il a eu son utilité pour sensibilisé le public en 1903 sur l'intérêt de la Maison d'Ozé, il n'en demeure pas moins faux. Si l'on applique quelques principes d'analyse, le résultat est très différent.

 

La Maison d'Ozé au XVe siècle selon Henri du Motey, 1903.

 

La Maison d'Ozé est alors représentée avec :

  1. Un parement de granit sur la façade est, reproduisant celui de la façade sur rue.
  2. Un porche traversant le logis.
  3. Une seconde tourelle d'escalier au nord, en miroir de celle que nous connaissons.

Par ailleurs, la topographie ne se prête pas à des fossés en eaux au pied des murailles du Plénître, placés à mi-pente sur le coteau nord de la Sarthe. Ces fossés entaillés dans le granit, ont laissé leur souvenir dans le toponyme Les Perrières, des carrières encore utilisées au XVIe siècle.

Il existe bien une tourelle d'escalier nord mais celle-ci a une configuration très différente. Loin d'être une jumelle, elles est de plan quadrangulaire et s'adosse au logis. Elle est couverte par un toit en appentis. Avec un peu de recul, on peut voir que sa maçonnerie est cohérente avec celle du pignon : le rampant en pierres de taille courre à la fois sur le logis et sur la tourelle ; la maçonnerie de moellons semble d'un seul tenant.

 

La relation entre la tourelle d'escalier nord et le pignon (Jean-David Desforges, juillet 2002).

 

La tourelle sud a pour sa part quelques spécificités : elle recèle quelques précieux indices archéologiques pour comprendre une configuration primitive. Si de loin, elle semble être un cylindre, son flanc nord est cependant rectiligne et présente une baie obturée au niveau du premier étage. Cette partie appartient à un édifice plus ancien.

 

Les traces d'un bâtiment antérieur conservé dans le flanc de la tourelle sud (Jean-David Desforges, juin 2020).

 

Au rez-de-chaussée du pavillon, derrière la tourelle, on trouve une longue salle voûtée traversante : il s'agit d'un porche.

 

L'ancien porche vu vers la tourelle sud (Jean-David Desforges, juillet 2002).

 

La disposition se comprend plus aisément sur un plan :

 

Plan du rez-de-chaussée de la Maison d'Ozé.
 
 
On le voit bien avec ce mur de moellons : il faut oublier l’idée d’un parement de granit. En revanche, on discerne des corbeaux de place en place et un ressaut au-dessus du porche qui sont les indices d'une coursière.
 
 
La façade côté cour de la Maison d'Ozé (Jean-David Desforges, juin 2020).

 

 
Tous les éléments étant présentés, voici une proposition étayée de l'état  de la Maison d'Ozé de sa construction au XVIe siècle. Le porche centrale n'existe pas, le rez-de-chaussée étant occupé par une grande salle d'apparat. La communication entre la rue de la Motte (ancien nom de la rue Etoupée) et la cour se fait par un porche inclus dans un bâtiment adossé au pignon du logis et qui s'avance dans la cour. Comme ce bâtiment n'a pas d'escalier, son premier étage est desservi par une coursière accessible depuis l'escalier ouest. Cette coursière est ancrée sur la façade grâce à des consoles de granit, des ancrages et un ressaut de maçonnerie. Le percement du porche au XVIe siècle condamne la coursière qui ne peut plus tenir. Elle est compensée par la construction de la tourelle d'escalier est. L'ancien porche est obturé. La grande salle d'apparat est coupée.

 

La Maison d'Ozé avec sa coursière et son bâtiment-porche : état entre la fin du XIVe siècle et le milieu du XVIe siècle (Jean-David Desforges, juillet 2002).

 

 

1 Georges Lebouc, également peintre et poète, dont j'ai l'honneur d'être l'arrière petit-neveu.