Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Re-Découvrir le Vieil Alençon

Re-Découvrir le Vieil Alençon

Menu
Puits disparus et puits voyageurs d'Alençon

Puits disparus et puits voyageurs d'Alençon

Petit patrimoine indispensable au quotidien d'une ville, les puits d'Alençon ont connu des fortunes diverses, de la destruction à la récupération, de l'oubli au rang de monument local...

Lors des destructions du quartier Saint-Léonard à la fin des années 1960, un puits est apparu rue du Val. Récupéré par M. Gaulard, il est remonté dans la cour de son laboratoire Grande rue.  Lors du chantier de récupération, la terre a été décaissée, laissant nue la chemise du puits. On comprend parfaitement ce qu'on entend par "puits mitoyen" en le voyant en contexte.

 

 

Le voici à présent remonté dans la cour du 123, Grande rue. Ce type de puits est assez difficile à dater. Il est certainement creusé à une époque plus ancienne que son habillage qui pourrait, pour sa part, être du XVIe siècle. Détail amusant : la couverture n'est pas sans évoquer une poulie, pièce aussi indispensable qu'un seau pour puiser.

 

 

Un autre puits a été déplacé : c'est celui que l'on pense être celui de la place du Puits des Forges. Ce puits provient en fait de Montsort. Il est vendu vers 1900 à la Société Historique et Archéologique de l'Orne, qui avec l'accord de la ville d'Alençon, l'a fait remonter dans le jardin de la maison d'Ozé, près de la fenêtre du Four à Ban. Vers 1980, il quitte à nouveau son emplacement pour arriver place du... Puits des Forges. Il en prend le nom ! En janvier 2018, il est démonté, tout comme la Grotte de Chauvenet. Il est donc fort possible qu'on ne le revoit pas avant longtemps !

 

Dessin de Richard Mouton, vers 1950.

 

 

 

Si ce puits n'est pas celui de la place du Puits des Forges, où est le vrai et comment était-il ? Quelques documents nous renseignent. On voit son emplacement sur un plan de la ville de 1770. Il est représenté sur une gravure animée des années 1820-1830. Un édicule le remplace à la fin du XIXe siècle, comme on le voit sur une composition éditée par le Gagne-Petit.

 

Le puits est indiqué par la pastille au centre de la place du Puits des Forges. (Cliquer sur l'image pour voir le plan en entier).

 

 

 

Il existe un autre puits non loin de la place du Puits des Forges : le puits à branle. Mentionné au Moyen Âge pour localiser des propriétés, il est à l'angle de la Grande rue et de la rue de la Poterne. Un puits à branle est un puits à balancier et contre-poids au seau. Figuré sur le plan de 1770, il est remplacé par un édicule sommet d'un fronton au XVIIIe siècle, qui existe toujours vers 1830 comme on peut le voir sur un dessin ancien d'Alphonse Dubosc réédité dans une revue de la fin du XIXe siècle.

 

Le puits est indiqué par la pastille à l'entrée de la rue de la Poterne. (Cliquer sur l'image pour voir le plan en entier).

 

 

Ce puits, vous ne le verrez pas autrement qu'en dessin, mais vous marchez peut-être dessus lorsque vous traversez la place Marguerite de Lorraine. Comme celui de la place du Puits des Forges, il est creusé au milieu d'un ancien cimetière. Il est installé en 1816 avec de nombreuses difficultés pour servir de point d'eau entre les trois Halles aux Poissons d'Alençon. Un mécanisme permettait de maintenir un niveau constant dans les auges qui l'encadraient. Il est détruit vers 1845, à l'occasion du transfert du marché aux Poissons dans la Halle au Blé. Ce document est conservé aux Archives Municipales d'Alençon et a été publié en 2007 dans un article sur le quartier des Marais.

 

 

Le creusement de ce puits a mis plus de trois semaines, sans discontinuité, en raison du substrat sableux qui s’effondre en sape et s’engorge d’eau, à raison de quatre pieds d’épaisseur de sable humide retirés quotidiennement. Les témoignages de l’époque rapportent que ce nouveau puits a asséché les plus anciens du quartier, car plus profond ! Il faut dire que le chantier a eu lieu en octobre et novembre 1816 ! Les puisatiers ont fini par planter des pieux sur lesquels ils ont fixé une chemise en bois. La structure est toujours dans le sous-sol. Si des fouilles archéologiques ont lieu un jour…