Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Re-Découvrir le Vieil Alençon

Re-Découvrir le Vieil Alençon

Menu
Le théâtre à l'Italienne d'Alençon

Le théâtre à l'Italienne d'Alençon

Si le théâtre a une histoire ancienne à Alençon, il est au XIXe siècle, un sujet édilitaire majeur.

Vers 1820, le théâtre est situé à l'emplacement de l'actuelle place Masson dans un édifice inadapté, une grange d'ancien couvent, qui appartient au baron Mercier. Il compte bien réaliser une fructueuse opération immobilière avec la ville. C'est d'ailleurs dans ce secteur que plusieurs projets vont être imaginés.

L'architecte Paul Lebart conçoit deux projets. Le plus ancien est rue de la Chaussée. L'édifice est l'image de l'hôtel de ville. Cependant, sa réalisation est tributaire d'anciens biefs alimentés par la Briante. Il est impossible de le doter de sous-sol. C'est donc la bibliothèque qui est envisagée à cette endroit. Le second projet est décalé : il prend place dans la rue courbe de la Halle au Blé, au voisinage de l'hôtel Masson. C'est cette alternative qui est construite et qui fonctionne pendant environ un siècle. Les plans sont primés lors d'un concours en 1844.

 

Façade du second projet de théâtre pour Alençon, rue de la Halle au Blé, par Lebart, 1842. (Arch. Mun Alençon 276M1).

 

Détail d'un plan d'Alençon par Godart, 1827. En 5, la biliothèque, en 14, le théâtre. Cliquer sur l'image pour voir le plan en entier.

 

Le plan de l'architecte Paul Lebart est édifié par Dominique Dedaux, qui a la même période construit l'hôtel du Grand Cerf et l'hôtel de ville de Sées. La façade répond au projet esthétique de la rue : des baies à arc plein-cintre reprenant ceux de la Halle au Blé.

 

 

Le café du Théâtre répond également à ces exigences.

 

 

Une modernisation du théâtre a lieu au début du XXe siècle, respectant le style à l'Italienne, avec ses lourdes tentures rouges et ses boiseries dorées.

 

 

 

Depuis la place Masson, avec cette carte postale, on se rend mieux compte de la topographie disparue. La Briante est déjà partiellement couverte. Elle ressort derrière le théâtre.

 

 

Sur cette vue aérienne de 1946, on constate que le quartier est intact. Il n'a subit aucun bombardement. Le théâtre se repère bien.

 

 

La destruction du théâtre à la charnière des années 1950-1960 est la première étape du percement de l'avenue de Lattre de Tassigny. Nous sommes en 1967. En bas à droite, on distingue d'autres destructions, là où s'élève de nos jours l'école maternelle Masson.