Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Re-Découvrir le Vieil Alençon

Re-Découvrir le Vieil Alençon

Menu
1939 : quand le musée du Louvre était en Champagne Alençonnaise

1939 : quand le musée du Louvre était en Champagne Alençonnaise

La Champagne Alençonnaise, expression peu connue mais avérée, a été supplantée par la froide formule "Nord Sarthe", certainement pour affranchir cette partie du département sarthois d'un qualificatif en rapport avec le chef-lieu ornais. Ce n'est pas le seul terroir du Maine appelé Champagne. En l'occurrence, il s'agit de la partie comprise entre le Saosnois et la grande boucle de la rivière Sarthe, par Fresnay et Beaumont. En 1939, un château de la Champagne Alençonnaise a été retenu pour servir de havre temporaire à une partie des collections du Louvre.

Dès la déclaration de guerre, le 3 septembre 1939, Jacques Jaujard, administrateur des Beaux-Arts, anticipe le pire avec l'entrée des troupes allemandes à Paris. Il organise l'évacuation du Louvre. Ici, la Grande Galerie du Louvre après la mise en caisse des oeuvres. Impression de vide : "Les cadres béants, les socles solitaires restent les seuls vestiges de ce qui fut le plus grand musée du monde", dit la légende du cliché.

 

Archives des Museés nationaux.

 

Ce sont 37 convois de camions chargés d'oeuvres qui vont prendre la direction de la province. Le centre de coordination est à Chambord. La destination qui nous intéresse, c'est le château de Louvigny dans la Sarthe.

 

 

Au départ du Louvre, ces convois vont prendre la direction de châteaux disposant de possibilités de stockage importantes, à l'écart des villes. Louvigny, au sud d'Alençon, est retenu. On pense que la campagne entre Le Mans et Alençon ne devrait pas, a priori, être un enjeu stratégique. C'est oublier janvier 1871. 1944 fera mentir cette intuition.

 

Archives des Museés nationaux.

 

Les dépendances du château de Louvigny, particulièrement l'orangerie vont servir de dépôt. Les œuvres sont toujours conditionnées dans leurs caisses mais il faut parfois vérifier que l'humidité ne les dégrade pas. D'où l'impression "TENIR AU SEC" et les appareils de mesure. Et c'est ainsi que des merveilles apparaissent .

 

Archives Nationales de France.

 

Propriété de M. et Mme de Cosnac, le château de Louvigny est donc réquisitionné pour mettre à l'abri une partie du département des Peintures du musée du Louvre. Mais ce n'est pas le seul : les châteaux d'Aillières, Bonnétable, Carrouges, Chèreperrine, Sourches... sont aussi concernés. Le dépôt de Louvigny a toutefois une spécificité...

Pour l'anecdote, cette photographie, prise en 1939 et versée en 1971, n'avait pas été identifiée dans les fonds des Archives Nationales. Maintenant, c'est fait.  Vous avez donc bénéficié d'une vue inédite du château de Louvigny.

 

Archives Nationales de France.

 

Cette spécificité, c'est d'abriter l’œuvre d'art la plus célèbre au monde : la Joconde de Léonard de Vinci !

 

Pierre Jahan, Archives des museés nationaux.