Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Re-Découvrir le Vieil Alençon

Re-Découvrir le Vieil Alençon

Menu
La nouvelle sépulture de Pierre II d'Alençon

La nouvelle sépulture de Pierre II d'Alençon

Nous étions cet après-midi à la conférence de Franck Mauger sur la vie de Pierre II d'Alençon et ses actions en tant que comte d'Alençon et du Perche, cousin du roi de France. L'archéologue Fabrice Morand, à l'origine de la redécouverte des restes de ce personnage, nous a confié quelques photographies pour que nous les partagions ici. ATTENTION ! Il y a des vues d'ossements.

Grand-sceau et contre-sceau de Pierre II d'Alençon, 1379. Dessin de Clérambault (BNF, Clair. vol. 311 (6), n° 78)

Devenu mystique à la fin de sa vie, Pierre II d'Alençon est le seul noble de ce rang à ne pas avoir fondé de collégiale pour abriter sa dépouille et celles de son lignage. Il a préféré mourir dans l'humilité et être inhumé dans l'église abbatiale de la chartreuse du Val-Dieu auprès de sa fille.

Entrée de la Chartreuse du Valdieu, à Feings dans l'Orne. Ces parties datent de la rénovation du milieu du XVIIIe siècle. (Photo J.-D. Desforges)

C'est donc dans les ruines de cette église que les restes de Pierre II sont exhumés en 1865, à l’initiative du baron Patu de Saint Vincent, à la recherche d'un hôte pour la crypte de l'église du Pin-la-Garenne dont il a financé l'agrandissement et l'embellissement.

Nouvelle vue de la Chartreuse du Valdieu, 1769, plans de P. Miserey, religieux bénédictin.

Patu de Saint Vincent achète également chez un antiquaire un bas-relief en calcaire représentant une descente de croix, daté du XVIe siècle. Son projet est plus esthétique qu'historique : un personnage de la charnière des XIVe-XVe siècle derrière un décor de cent ans postérieur ! Et puis Patu de Saint Vincent décède et la crypte est oubliée, le comte d'Alençon aussi. Elle sert de local pour les répétitions de la fanfare municipale, de local technique et puis plus rien... Jusqu'à ce que Michel Ganivet retrouve mention écrite de cette translation et que Fabrice Morand organise la fouille archéologique pour voir si les restes de Pierre d'Alençon sont toujours là.

Retrait de la dalle et découverte du comblement du caveau (Photo F. Morand)

Les ossements sont effectivement là ! Le coffret de bois a pourri.

Le caveau à l'issue de la fouille (Photo F. Morand)

Méticuleusement nettoyée, la réduction du squelette est dûment photographiée pour illustrer le rapport scientifique qui a découlé de cette exploration. Tout a été fait dans les règles avec l'autorisation du maire et du service régional de l'archéologie.

Détail de la réduction de Pierre II. Des éléments sont surnuméraires : la fille de Pierre II a également été déposée dans ce caveau (Photo F. Morand)

Au final, ce sont les restes de deux individus qui sont découverts ! Les analyses faites au laboratoire de paléopathologie de l'université de Caen révèlent que le crâne et deux tibias sont masculins et appartiennent à un individu décédé dans la même tranche d'âge que Pierre d'Alençon. Les autres ossements sont féminins. Rappelons que le comte a été inhumé avec sa fille ! Compte tenu de la fiabilité des documents d'archives, les investigations ne sont pas poussées jusqu'aux analyses ADN. On peut être sûr que c'est Pierre II d'Alençon et sa fille à 99 %. Le 1 % restant est une marge de prudence. Il faut être fou pour rebondir dessus .

 

(Photo F. Morand)

Et pour finir, le dernier cercueil où reposent le comte Pierre d'Alençon et sa fille avant qu'il ne soit placé dans la chapelle dite des Combattants. Une destination justifié par les nombreux combats qu'il livra contre les Anglais de son vivant.

(Photo F. Morand)

La nouvelle sépulture de Pierre II d'Alençon